Sociologie pour tous

Biographie de Max Weber

Karl Emil Maximilian Weber, alias Max Weber est ne le 21 Avril 1864 ࠼STRONG>Erfurt en Allemagne dans une famille de la bourgeoisie protestante. Un de ses freres cadets, Alfred, deviendra egalement un sociologue important. Son p貥 initialement haut fonctionnaire, sera 鬵 d鰵t頤u Parti lib鲡l-national au Reichstag apr賠l'unification allemande. Sa mere Helene, etait une femme cultivee et profondement croyante.

Max Weber grandit ainsi dans un milieu riche et cultiv馮bsp;: son pere etait l'heritier d'une famille d'industriels et sa m貥 鰲ovenait de la bourgeoisie intellectuelle. Des1869, il s'installe avec sa famille Berlin.

Solitaire, le jeune weber passait son temps entre les rayons des biblioth豵e set les pages des 飲its. Il se forgeait la conscience en lisant Ciceron, Kant, Machiavel,  et bien d'autres auteurs confirm鳠࠳on 鰯que.baigannt dan sle milieu bourgeois, il subir ales influencesd'hommes politiques et de savants de premier plan qu'invitait son p貥 ࠬa maison. Apres l'obtention de son baccalaureat, Max Weber s'inscrit en droit a la faculte d'Heidelberg mais se passionne egalement pour des cours d'economie politique, de philosophie, histoire, et theologie. Il integre un syndicat etudiant et participe a des duels, des beuveries, tout en s'endettant au jeu.

A19 ans, Max Weber part pour Starsbourg en france, effecter son service militaire. Il y trouvera une seconde famille. Weber, heberge par sa tante ), rentra en effet dans une relation d'飨ange intellectuel durable avec le mari de cette derni貥, l'historien Hermann Baumgarten, en qui il put sans doute trouver une autre figure d'identification que celle de son p貥. ?la diff鲥nce de ce dernier, H. Baumgarten 鴡it un lib鲡l hostile au compromis avec la politique de Bismark. En 1884, il reprend ses 鴵des ࠂerlin, sous la pression de sa famille qui souhaite le s鰡rer des Baumgarten et vivra dans la maison familiale les huit ann饳 suivantes, ࠬ'exception des p鲩odes d'exercice militaire et d'un bref s骯ur ࠬ'universit頤e Gottingen en 1886 o?obtient sa licence en droit. Travailleur acharn鬠Weber se sp飩alise en histoire du droit, tout en poursuivant un cursus conduisant vers une carri貥 d'avocat. Il obtint son doctorat en 1889, sous la direction du professeur Levin Goldschmitt, avec une th賥 portant sur Le d鶥loppement des soci鴩s commerciales en nom collectif dans les cit鳠italiennes du Moyen §e. D賠1891, il ach趥 sa th賥 d'habilitation, L'importance de l'histoire agraire romaine pour le droit public et priv鼯I>, qui le qualifie pour 괲e professeur ࠬ'universit鼯STRONG>.

MAx weebr commence alors ࠳'int鲥sser aux probl譥s sociaux de son 鰯que et rejoignit, en 1888, le Verein f?ialpolitik  (Association pour la politique sociale), form饠par des 飯nomistes issus de l'ɣole historique et pour qui la r馬exion 飯nomique devait jouer un r?d飩sif dans le traitement des probl譥s socio-飯nomiques de la jeune nation allemande. En 1892, le Verein engagea une 鴵des sur la ?question polonaise?, c'est-୤ire sur l'afflux d'une importante immigration de travailleurs agricoles polonais ࠬ'Est de l'Allemagne. Max Weber se retrouva মbsp; conduire l'enqu괥 et r餩ger un rapport final salu頣omme une 鴵de empirique extrꭥnt importante. La r鰵tation de Max Werebr s'accfrut alors et on le classa comme l'un des plus 魩nents sp飩alistes des probl譥s agricoles.

En 1893, Max Weber  obtient le poste de professeur de l'histoire de droit romain et de droit commercial ࠬa facult頤e Berlin. Il se marie cette mꭥ ann饠avec une parente de sa m貥,Marianne Schnittger. Sa femme, figure de la cause f魩niste, sera une actrice de la vie intellectuelle et politique allemande, jusqu'࠳a mort en 1954. Elle jouera un r?d飩sif dans l'餩tion de l'?uvre de Max Weber, supervisant notamment la publication du tr賠grand nombre d'飲its posthumes de son mari, en particulier son opus magnum, ECONOMIE ET SOCIETE. Elle 飲ira 駡lement une importante biographie de Max Weber. Si leur mariage fut b⴩ sur une complicit頩ntellectuelle constante, il est probable qu'il n'ait jamais 鴩 consomm鮠Le couple demeura, en tout cas, sans enfant. Il est, en outre, probable que Max Weber n'ait eu aucune exp鲩ence 鲯tique jusqu'ࠬ'imm餩ate avant guerre, dans le cadre d'une relation extraconjugale!

En 1894, Max Weber est nomm頠 une chaire d'飯nomie politique ࠬ'Universit頤e Fribourg. Il y prononce en mai 1895: sa le篮 inaugurale intitul饦nbsp;? L'ɴat national et la politique 飯nomique ? fait sensation. Max Weber y exprime son nationalisme de mani貥 enflamm饬 soutenant l'imp鲩alisme allemand et affirmant la primaut頤es valeurs germaniques pour un th鯲icien allemand de l'飯nomie politique. Il soutient sans 鴡t d'⭥s la politique de puissance de l'Allemagne r鵮ifi饦nbsp; mais changera toutefois, au fil de sa vie publique, souvent de position politique. ?la fin veille de sa mort, on retrouve ainsi Weber comme l'un de ssoutiens d'une d魯cratisation du r駩me, sous la forme d'un r駩me parlementaire, seul apte, pour lui, ࠳鬥ctionner des leaders politiques charismatiques. Comme l'飲it R. Aron, ? Weber fut un national-lib鲡l, mais il n'鴡it pas lib鲡l au sens am鲩cain, il n'鴡it mꭥ pas ࠰roprement parler un d魯crate au sens que Fran硩s, Anglais ou Am鲩cains donnaient ou donnent ࠣe terme. Il mettait la grandeur de la nation et la puissance de l'ɴat au-dessus de tout. ?.

En 1897, quelques mois apr賠la mort de son p貥, avec lequel il avait rompu peu de temps auparavant ࠬa suite d'une violente dispute, il est atteint d'une grave d鰲ession nerveuse qui le contraint ࠩnterrompre ses activit鳠de professeur et de chercheur. Lesavant allemand interromp alors ses activit鳠d'enseignement et mꭥ ses recherches. il part se reposer au bord du lac L魡n sur les conseils de son m餥cin. Il reprend ses cours un an plus tard mais fait une rechute en 1899. Il repart alors une seconde fois en voyage ࠬa Montesquieu : il visite la Corse, l'Italie et la Suisse.

 Max Weber ne surmonte sa d鰲ession qu'en 1903. Reprenant alors ses activit鳠intellectuelles, il r鯲iente ses recherches vers la Sociologie.

Max weber est le fondateur  avec Ferdinand Tonnies( connu pour ses travaux sur les communaut鳠et les soci鴩s) et Georg Simmel ( tr賠connu pour ses travaux sur le conf,lit social) de la Soci鴩 allemande de sociologie dont il en d魩ssionnera en 1912. Il prend 駡lement alors, avec Edgar Jaff頥t Werner Sombart, la direction des Archiv f?ialwissenschaft und Sozialpolitik, qui deviennent la premi貥 revue de sociologie allemande. C'est dans cette revue qu'il publiera la plupart de ses travaux de sociologie. le premier sera L'鴨ique protesante et le capitalisme dont la premi貥 partie parad賠1904. Face ࠳a fragilit頮erveuse, Weber, aid頥n cela par un h鲩tage, renonce toutefois ࠥnseigner. Il ne retrouvera l'enseignement que plus de 10 ans plus tard, apr賠la guerre. 

Lorsque la premi貥 querre mondiale 飬ate d颵t 1914, Weber a 50 ans, il demande ࠪtre rappel頣omme officier de r鳥rve. Il s'occupera alors, mais seulement durant une courte p鲩ode, de la gestion de huit h?aux de la r駩on d'Heidelberg. Il entame alors une p鲩ode d'intense activit頩ntellectuelle. C'est, en effet, durant la guerre que Weber d颵te la r餡ction de son vaste projet de sociologie compar饠des religions mondiales. Il publie ainsi, sous forme d'articles, dans les Archiv f?ialwissenschaft und Sozialpolitik, en 1916 Confucianisme et Taoisme, en 1916-1917 Hindouisme et bouddhisme, et en 1917-1918 Le judaisme antique.

En 1918, apr賠avoir refus頬a d馡ite et appel頠 la r鳩stance, Weber fait partie de la d鬩gation allemande qui signa le Trait頤e Versailles. Il participa 駡lement ࠬa commission en charge de r餩ger la constitution de la r鰵blique de Weimar. Au milieu de l'agitation r鶯lutionnaire de 1918, engag頰olitique, Max Weber sera l'un des membres fondateurs du Parti d魯cratique allemand et pendant cette mꭥ p鲩ode, le Frankfurter Zeitung publiera une s鲩e d'articles de Weber sur la politique allemande regroup鳠sous le titre ? Le parlement et le gouvernement dans une Allemagne r鯲ganis饦nbsp;?.

En 1918, il part pour la capitale autrichienne, Vienne o?poste temporaire d'enseignement d'飯nomie l'attend. Revenu ࠍunich en 1919 pour occuper la chaire de sociologie que l'Universit頤e Munich a cr驥 sp飩alement pour lui, Weber, ࠬ'invitation de l'association libre des 鴵diants, y prononce deux conf鲥nces, qui auront une influence durable : La vocation du savant ? en 1917 et La vocation du politique ? en 1919.

Un an plus tard ࠵6 ans, Max Weber meurt subitement , des suites d'une pneumonie mal soign饮

Avec lui s'est 鴥inte la premi貥 g鮩ration de sociologues, puisque Durkheim et Simmel sont morts respectivement en 1917 et 1918.

A la veille dse sa mort, Max WEBER 鴡it pourtant sur le point de conclure son vaste projet de sociologie comparative des religions : il regroupe, en 1920, les grands textes de ce projet (notamment L'Ethique Protesante et l'Esprit du Capitalisme), jusque l࠵niquement parus en revue, dans un vaste Recueil de sociologie des religions, dont la moiti頰araa apr賠sa mort. Toutefois, Weber laisse une part importante de son ?uvre ࠬ'鴡t de manuscrit (ࠣommencer par ECONOMIE ET SOCIETE ), ou d'articles publi鳠seulement en revue (notamment ses textes d'鰩st魯logie).

Aujourd'hui encore, alors que al science politique, la science 飯nomique et la sociologie, of course se le disputent, Max Weber n'a pas encore livr頴ous ses secrets. sa connaissance couch饠dans ses ouvrage sn'a pas encore finie d'괲e exploit饠et constitue une v鲩table mine d'informations et de mat鲩aux de compr騥nsion de la r顬it頳ociale.



21/05/2007
0 Poster un commentaire

A dcouvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1305 autres membres