Sociologie pour tous

Margaret Mead, une anthropologue culturelle controversée

Née en 1901 à Philadelphie, Margaret Mead est une anthropologue américaine connue pour être très engagée. Elle a participé activement à la promotion de la dimension humaniste de l`anthropologie.

Biographie 

En 1921, elle entre à l'Universite Columbia pour des études de psychologie et d`anthropologie. Deux ans plus tard,elle épouse son premier mari, Luther Cressman, alors étudiant en théologie.

En 1925, elle rencontre en Europe l'anthropologue néo-zélandais Reo Fortune et l'épouse puis s'installe avec lui au îles Samoa  en Polynésie à la suggestion d`un autre grand nom de la tradition de l`anthropologie: Franz Boas. En 1926, elle rejoint l'American Museum of Natural History de New York. De 1928 à 1929, elle vit dans le îles de l`Amirauté. En 1929, elle obtient son doctorat à l'université de Columbia. En 1931, elle commence l'étude de trois sociétés en Nouvelle-Guinee, d'un point de vue comparatiste. Elle la complète en 1933 et rencontre son futur mari, l'anthropologue Gregory BATESON chez les Chamboulis. Dans les années 30, elle travaille avec Harry Stack Sullivan. En 1935, elle épouse Bateson  et de 1936 à 1938 elle séjourne avec lui à Bali  pour effectuer un travail de terrain. Ils réalisent ensemble un film, Transe and dance in Bali.

En 1938, elle retourne en Nouvelle-Guinée et s'installe chez les Iatmuls en compagnie de Bateson. En 1939, naît leur fille Mary Catherine Bateson. Cette même année, elle consulte Milton Erickson  à propos des processus de transe. De 1942 à 1946, elle participe aux célèbres rencontres interdisciplinaires connues sous le nom de Conférences MACY.

Margaret Mead est morte suite à un cancer, le 15 novembre 1978 à New York.

Travaux

Margaret Mead publie en 1928 l'ouvrage Coming of Age in Samoa, qui est le résultat de ce qu'elle présente comme une longue enquête de terrain, et qui va devenir un véritable best-seller .

Mead y décrit une société de tolérance, sans conflit, où « l'activité sexuelle est une chose naturelle et agréable » à laquelle les adolescents, en particulier, s'adonnent librement. Cette vision de l'amour sous les palmiers, qui n'était pas sans rappeler les Supplément au voyage de Cook et Supplément au voyage de Bougainville fit néanmoins l'effet d'une bombe dans l'Amérique puritaine des années 1920. Mead, de cette façon, confortera l'hypothèse culturaliste.

En résumé, son œuvre Mœurs et sexualité en Océanie vise à montrer les traits de caractère de l'homme et de la femme sont le résultat d'un conditionnement social. Donc la nature, selon elle, est malléable car « elle obéit aux impulsions que lui communique le corps social ». Les peuples mélanésiens étudiés ont la personnalité propre à leur civilisation au sein de laquelle ils ont été élevés.

Ainsi les Mundugumor ont un tempérament brutal et agressif, les Arapesh évitent les attitudes agressives et sont attentifs au besoin des autres et les Chambuli, eux, la femme a une place de dominante, et l'homme se présente comme un être émotif.

Cette diversité se retrouve sous le même aspect relatif dans toutes les civilisations malgré les divergences qui les séparent. Alors, elle pose une hypothèse qui serait celle de dégager les principes selon lesquels des types de personnalités si différentes ont pu être assignés aux hommes et au femmes pendant l'histoire : les garçons devront dominer leur peur et les femmes pourront la manifester.

Puis elle pose une question à savoir si une civilisation est capable de choisir dans la vaste étendue des virtualités humaines, un certain nombre de traits, et d'en faire la marque distinctive, soit de l'un des deux sexes, soit de toute la communauté.

Critiques

Son étude sur la société samoane sera vivement critiquée après sa mort par derek Freeman qui établira une thèse montrant qu'elle s'était laissé influencer par un petit nombre de témoignages sans chercher à recouper ceux-ci. Pendant plusieurs décennies, son livre avait fait autorité sans que personne ne pense à s'interroger sur sa validité réelle.

Bibliographie

Maragret Mead a laissée en héritage aux anthropologues une importante bibliographie aujourd'hui encore peu exploitée.

Ouvrages de Margaret Mead 

  • 1928 : (en) Coming of Age in Samoa. a Psychological Study of Primitive Youth For Western Civilisation. Partiellement traduit dans (fr) Mœurs et sexualité en Océanie, Terre Humaine, ISBN 2266112309.
  • 1942  : (en) And Keep Your Powder Dry : An Anthropologist Looks At America. Traduit sous le titre (fr) Et gardez votre poudre au sec : un anthropologue regarde l'Amérique
  • 1949 : (en) Male and Female. A Study of Sexes in a Changing World. Traduction en 1966 sous le titre (fr) L'un et l'autre sexe. Les rôles d'homme et de femme dans la société.
  • 1951 : (en) The School in American Culture. Traduction sous le titre (fr)L'école dans la culture américaine.
  • 1956 : (en) New lives for old : cultural transformation — Manus, 1928-1953. Traduit sous le titre (fr) Changer de vie ou la transformation culturelle : Manus, 1928-1953.
  • 1972 : (en) Blackberry Winter : My Earlier Years. Traduit en 1977, sous le titre (fr) Du givre sur les ronces
  • 1972 : (fr) Adolescence à Samoa, Paris, Plon. Reédition d'une version de 1928
  • 1973 : (fr) Une éducation en Nouvelle-Guinée. Paris, Payot. Reéditon d'une version de 1931
  • Le Fossé des générations

À son sujet, sur ses travaux 

  • (en) Gordan, J. (dir. publ.). 1976. Margaret Mead : the complete bibliography 1925-1975. Traduction sous le titre (fr) Margaret Mead : bibliographie complète 1925-1975, La Haye, Mouton.
  • (fr) Lévi-Strauss, C. 1979. Hommage à Margaret Mead. Courrier de l'UNESCO (Paris), vol. 32.
  • (en) Freeman, D. 1983. Margaret Mead and Samoa : the making and unmaking of an anthropological myth. Traduit sous le titre (fr) Margaret Mead et Samoa : comment s'est fait et s'est défait un mythe anthropologique.
  • (en) Toulmin, S. 1984. The evolution of Margaret Mead. Traduit sous le tire (fr) L'évolution de Margaret Mead.
  • (en) Freeman, D. 1999. The fateful hoaxing of Margaret Mead. Traduit sous le titre (fr) La mystification prophétique de Margaret Mead.
  • (en) Grinager, P. 1999. Uncommon lives : my lifelong friendship with Margaret Mead. Traduction sous le titre (fr) Vies hors du commun : mon amitié d'une vie avec Margaret Mead.


20/02/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1305 autres membres